Aller au contenu principal

Soirée débat du MQDC

version PDF
Date: 
Lundi, 12 Décembre, 2011 - 19:30
Lieu: 
Café l'Artère

Pour s’engager dans la décroissance :
doit-on tourner le dos à la civilisation ?

    En s’attaquant à la croissance comme modus operandi de notre société, la décroissance met du même souffle à mal l’idéologie du progrès qui en est le corollaire. Est ainsi remise en question cette idée de la modernité occidentale voulant que demain sera toujours mieux et que la marche de l’humanité suit une trajectoire linéaire.
    Les objecteurs de croissance ne sont pas les seuls à se questionner sur l’idée du progrès. Mathieu Roy et Harold Crooks, qui ont signé le documentaire Survivre au progrès, abordent le sujet en se basant sur l’ouvrage de Ronald Wright, Brève histoire du progrès, qui expose les pièges du progrès et les écueils auxquels ont du faire face les diverses civilisations humaines. Un des intervenants du film va jusqu’à se demander la civilisation ne serait-elle pas vouée à n’avoir été qu’un faux pas de l’évolution biologique, vouée à s’éteindre.
    Si du côté des objecteurs de croissance, il est de coutume de considérer la source immédiate du problème de la croissance comme étant le fruit de la Révolution thermo-industrielle et l’avènement du capitalisme, certains mouvements envisagent plutôt le péché originel comme étant l’édification de la civilisation, héritage de la Révolution néolithique. C’est le cas de tous ces mouvements dits anti-civilisationnels, qui se déclinent sous diverses positions telles que l’écologie profonde ou le primitivisme. L’une de ses figures les plus en vue, Derrick Jensen, a d’ailleurs fait l’objet d’un documentaire, End:Civ, réalisée par Franklin Lopez.

    Alors, pour sortir de l’impasse actuelle doit-on nécessairement sortir de la civilisation ou est-il possible d’en poursuivre l’aventure et la refonder sous de nouvelles bases et suivant un nouveau paradigme ? Faut-il mettre une croix sur 10 000 ans d’histoire humaine ou un pas de côté est-il envisageable ? C’est ce dont nous vous invitons à venir discuter avec Jean-Luc Cécyre, chercheur indépendant et agriculteur qui présentera les fondements des diverses positions anti-civilisationnelles et Louis Marion pour la position décroissante. À la suite de quoi un échange avec la salle viendra alimenter la discussion.

Au plaisir de vous y voir en grand nombre !

Date : 12 décembre prochain, à 19h30
Lieu : Café l’Artère, 7000 avenue du Parc, à Montréal (Métro Parc, Bus
16, 80, 92 et 93)